L'Art partout et pour tous

Les arts partout et pour tous

Lecture tactile des œuvres d’art

(Extraits du site AVH Paris, Rémy Closset)

Le site « Invisible Art », aujourd’hui à destination des voyants (mais une version accessible avec la description des images est en cours de conception), propose de découvrir les travaux de mise en relief de peintures ou de bâtiments architecturaux, réalisés par Rémy Closset, administrateur de l’association Valentin Haüy, afin de rendre la culture et les musées accessibles aux personnes déficientes visuelles. En effet certaines personnes atteintes de cécité peuvent éprouver une souffrance et une frustration d’être privés de la contemplation d’œuvres qui ont accompagné leur existence avant qu’elles ne perdent la vue. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, nous avons les moyens de permettre une nouvelle approche des œuvres par le toucher, grâce aux outils de modélisation informatiques, aux imprimantes 3D ou aux fraiseuses numériques.

L’objectif du projet « invisible art » est d’associer le savoir-faire des écoles spécialisées, des associations locales et de toute personne prête à se lancer dans l’aventure, pour la réalisation de ce travail de mise en relief d’œuvres d’art que les musées n’ont pas toujours les moyens de faire. Il s’agit désormais de sensibiliser les conservateurs des musées concernant l’utilité de ces réalisations pour les personnes déficientes visuelles.

Site web de Rémy Closset : http://www.invisibleart.eu/icones.htm

 

Christiane Ranieri : une poétesse dévouée à la cause de la cécité

Jean Ferrat a chanté « Le poète a toujours raison ». Christiane Ranieri lui donne raison ! C’est une artiste.

Christiane est habitée par l’art, la poésie et la photographie. La palette des activités de créations de Christiane est tellement vaste qu’elle est quasiment indéfinissable. La période actuelle de l’artiste s’exprime dans une poésie épurée, tamisée, ciselée … Les nombreuses récompenses et les reconnaissances internationales lui valent d’être une référence dans l’écriture des Haïkus. Son audience suscite, maintenant, l’intérêt des traducteurs.

Le Haïku est  l’expression même du paradoxe artistique. C’est un mode de poésie d’origine japonaise. Il s’agit de dire en très peu de mots une réflexion qui saisit l’esprit à l’infini à la manière d’une pensée d’auteur. L’écriture est rendue complexe par des règles originelles faisant référence, par exemple, aux quatre saisons, en évitant le mode personnel. Composé de trois vers, le haïku devra comprendre 17 syllabes. Seule la sensibilité de l’artiste pourra apporter un écart au cadencement de 5 syllabes pour le premier vers, 7 pour le deuxième et 5 pour le troisième.

De père et mère aveugles, Christiane Ranieri possède un grand intérêt pour la cause de la cécité. Elle a établi une relation d’amitié avec Christine Greslé-Hardy, brailliste à l’AVH, pour transcrire ses recueils de poème en braille. Avant de mettre ses futurs recueils à la disposition des lecteurs, à l’AVH de Rennes, gratuitement, elle offre, ici, à votre intention et de façon régulière, la puissance saisissante de son art avec la parution exceptionnelle d’un Haïku :

lettre braille –
plus belle que mes jours
sa nuit.

(Christiane Ranieri)

 

Les Arts partout et pour tous

Avec ce titre, s’ouvre une nouvelle rubrique dans votre « Clin d’œil ». Elle a pour ambition de présenter des  informations courantes ou de proximité sur les arts. Elle vise à faire connaître des artistes, des activités artistiques, des originalités et, en particulier, des dispositions qui relèvent de la raison d’être de l’AVH. En effet, si l’accessibilité liée à la mobilité physique est naturellement une préoccupation première, l’accessibilité à la connaissance et à la culture mérite d’être amplifiée. C’est l’objet de cette rubrique.

Ainsi, aujourd’hui, pour « la première », nous souhaitons vous informer des efforts de l’AVH à Paris pour faire reconnaître le traité de Marrakech, adopté le 27 juin 2013. Il vise à faciliter l’accès des aveugles, des déficients visuels et des personnes ayant d’autres difficultés de lecture des textes imprimés, aux œuvres publiées.

Le mois prochain, nous aborderons la forme poétique du Haïku présentée par une poétesse dont les parents sont aveugles. Elle va enregistrer ses poèmes pour faire des livres audio et les faire transcrire en Braille. Intégrée dans l’association « La culture de l’Art », sa démarche à l’intention de l’AVH est totalement bénévole.

Bien sûr, dans cette rubrique, seront traités, également, des sujets que vous proposerez ou que vous suggérerez. Ainsi, dans le « Clin d’œil » s’installera un dialogue entre Vous et les membres de l’association « la Culture de l’Art. »